LE PERFECTIONNISME, c’est mal s’aimer et ça fait mal jusqu’à l’os.

 

Poursuivons notre quête DE LA DÉVALORISATION DE SOI À L’AMOUR DE SOI !

Nous avons vu précédemment qu’il est parfois difficile de s’aimer lorsqu’au fond de soi résonne une blessure de dévalorisation de soi. Les gens ont beau vouloir être bon avec eux, se prioriser ou être fière de ce qu’ils font ou de ce qu’ils sont, quand ce vieux disque de dévalorisation les pousse à chercher leur valeur dans le regard des autres, des comportements d’hyper-performance ou de perfectionnisme apparaissent souvent. Mais le perfectionniste, dans sa tentative de plaire, d’être irréprochable afin d’être reconnu de tous est un piège sans fond. Car le perfectionnisme est inatteignable dans ce bas monde et procure une éternelle insatisfaction. En fait, le perfectionnisme est vraiment un comportement qui maintient le cercle vicieux de dévalorisation de soi. Voyons comment cela est possible.

Le perfectionnisme est la recherche excessive de l’excellence !

Ce n’est jamais complet, jamais assez bon ! On peut toujours faire mieux et être meilleur !

Oui, la recherche de l’excellence apporte de bons résultats et constitue généralement un bon élément de motivation. Cependant, la recherche de la perfection constitue l’extrême jamais atteignable et elle devient éventuellement un élément de dévalorisation de soi.  Comment est-ce possible ? Voyons la séquence : C’est bon, c’est très bon, c’est vraiment bon, c’est excellent! Meilleur que cela, ce serait exceptionnel ! Alors, on y remets tous les efforts du niveau excellent auquel on ajoute le petit ++. Ça frise la perfection. Et ça devient excessif voir même obsessif, mais on continue car ce n’est pas encore PARFAIT!

L’effort supplémentaire pour passer de l’excellence à la perfection est de plus en plus demandant et de moins en moins atteignable ! Peu à peu, on devient : pas fière de soi, pas assez bon, pas bon, vraiment pas bon, incapable,…

Et ce, même si on est le médaillé d’argent ! Le meilleur c’est le médaillé d’or !

En décodage biologique, le ressenti de dévalorisation de soi se traduit par : Pas fier de ne pas être capable de … Et ce ressenti de dévalorisation de soi c’est celui qui se loge dans la structure ostéo-articulaire puisque c’est sur celle-ci que toute la personne repose. C’est la structure fondamentale de la personne. Hors, si cette structure n’est pas bonne, pas assez bonne et vraiment pas bonne, et bien, mieux vaut la détruire et la reconstruire. C’est ce qui se passe dans l’ostéoporose ou dans l’arthrose. C’est la phase de destruction de cette structure « pas bonne ».

Dans la reconstruction, suite à une cassure osseuse par exemple, le corps reconstruit plus fort. En effet, l’ossature à l’endroit de la cassure sera plus dense et donc plus solide. C’est la même logique biologique qu’applique l’haltérophile qui pousse l’entrainement jusqu’à une légère déchirure du muscle parce que celui-ci se reconstruira plus gros, plus fort.

Les questions à se poser ici sont peut-être :

Jusqu’où allez-vous pousser la recherche de la perfection ?

Avez-vous besoin d’être parfait en tout, partout et tout le temps ?

Si vous souffrez de mal-a-dit ou de malaises dans votre structure ostéo-articulaire, peut-être avez-vous besoin de changer le regard que vous avez sur vous et sur votre besoin d’atteindre la perfection ?  En fait le perfectionnisme est l’un des comportements typiques des personnes porteuses d’un regard de dévalorisation de soi. Il y a en a d’autres tel que l’évitement, l’hyper-performance, le besoin d’avoir raison,… Ces comportements sont des manifestations inconscientes afin de camoufler ce ressenti de faible estime de soi. Pour en savoir plus je vous convie au Webinaire Santé gratuit, Os et articulations en cliquant ici. (https://www.louiselaplante.com/webinaires-sante-os-et-articulations/)

Bien sûr, les grands facteurs de santé comme la bonne nutrition, l’exercice physique et l’environnement sain sont à considérer pour améliorer, la santé des os et des articulations. Mais la prise de conscience et la transformation de ces comportements typiques du ressenti de dévalorisation constituent une garantie à long terme pour retrouver et maintenir les os et les articulations en bon état car le corps, jusque dans son ADN, transpose les messages qu’on lui envoie consciemment ou inconsciemment.

Louise Laplante
Naturopathe,
Conceptrice et enseignante de Bio-Kiné Intégrale

www.louiselaplante.com

FB : Louise Laplante, formatrice

Groupe FB : La réponse du corps

819 776-5111

Laisser un commentaire